Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Actualités
 . Actualités musicales
 . Concerts passés
 . Revue de presse

L'orchestre
 . Historique
 . Musiciens
 . Répertoire
 . CD
 . Photos
 . Videos

Encyclopédie
 . La mandoline
 . L'orchestre à plectre
 . Abcdaire de la mandoline

Archives
 . La JMH au Maroc
 . Le blog du projet Maroc

Liens
 . Formations musicales
 . Luthiers
 . Accessoires et partitions
 . GALGIARDA musique ancienne

Contactez-nous
 . Qui est qui ?
 . Un petit mail ?

Espace membres
 . identifiez-vous

 Ecrivez-nous !


Site hébergé chez OVH
La J.M.H. dans la presse...

Concert d'hiver des mandolinistes

Dimanche, 16 h 10, Charles Karcher le chef d'orchestre de la Jeunesse mandoliniste de Hagondange scrute l'assemblée quelque peu disséminée. « Il n'y a pas beaucoup de monde » grommelle-t-il. Effectivement dans la salle Paul-Lamm, tout au plus une centaine de personnes a pris place. Et les éventuels retardataires ont été attendus puisque le concert a commencé avec un quart d'heure de retard. Excusé d'ailleurs, puisque les amis mandolinistes alsaciens ont été retardés dans les contrées mosellanes.
Finalement, ce sont les Hagondangeois qui ont donné le départ interprétant la Sinfonie in E-Moll de Wölki et Primi Racconti de Vito de Siati. Charles Karcher avait en effet décidé d'entamer l'ouverture du concert par des morceaux choisis au sein du répertoire de la « grande musique ».
Les virtuoses ont enchaîné par l'interprétation de musiques américaines, ragtime, blugrass, foxtrott... « Ce sont les musiciens qui ont souhaité décliner le concert par thème » précise Charles Karcher.
Leurs homologues alsaciens ont assuré la seconde partie du concert. « C'est pour nous une façon de les remercier de nous avoir invités, lors d'un festival de mandolines qui s'est déroulé à Schiltigheim en septembre 2004 » a assuré la présidente de la Jeunesse mandoliniste, Marie-Thérèse Flauss. La Sérénata de Schiltigheim, conduite sous la baguette de Robert Jamann a également abordé une gamme très variée, interprétant une valse, Les flots du Danube d'Ivanovici, une fantaisie d'Offenbach ; puisant encore dans le répertoire contemporain en jouant Au temps des cathédrales de Richard Cocciante.
Près de deux heures de concert, histoire de réchauffer les cœurs. En attendant le concert de printemps dont la date a d'ores et déjà été fixée au 2 avril 2006.

Paru le 29/11/2005 dans Le Républicain Lorrain, Edition Orne / Vallée