Retour à la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

Actualités
 . Actualités musicales
 . Concerts passés
 . Revue de presse

L'orchestre
 . Historique
 . Musiciens
 . Répertoire
 . CD
 . Photos
 . Videos

Encyclopédie
 . La mandoline
 . L'orchestre à plectre
 . Abcdaire de la mandoline

Archives
 . La JMH au Maroc
 . Le blog du projet Maroc

Liens
 . Formations musicales
 . Luthiers
 . Accessoires et partitions
 . GALGIARDA musique ancienne

Contactez-nous
 . Qui est qui ?
 . Un petit mail ?

Espace membres
 . identifiez-vous

 Ecrivez-nous !


Site hébergé chez OVH
La J.M.H. dans la presse...

Sur un air nouveau de mandoline

Des musiciens qui ont donné à la mandoline une amplitude nouvelle et un groupe de chant plein de fraîcheur... Le spectacle présenté dimanche par la Jeunesse mandoliniste a beaucoup plu

Délaissée, la mandoline souffre aussi d'un répertoire réduit « peu de compositeurs ont écrit pour elle » regrette M. Karcher. Pourtant, le "chef" et ses musiciens, auxquels s'était joint une partie de l'Ensemble Claude-Gellée de Jarville (54), ont réussi à donner au cours de concert un programme renouvelé aux trois quarts. Si le classique y était à l'honneur avec, entre autres, la barcarolle des Contes d'Hoffmann, de Maciocchi, ou la Valse des regrets, de Brahms, les mandolinistes l'ont alterné avec de la variété et donné ainsi du souffle et de la gaieté à leur prestation. Une ampleur nouvelle due aussi à l'apport des Jarvillois permettant de constituer un orchestre de trente-cinq membres. Ces musiciens ont réussi à se fondre en un ensemble dont la qualité d'interprétation fit plaisir à entendre.

Cette qualité fut notamment démontrée dans le très mélodieux et doux Recuerdos de La Alhambra (de F. Tarrega), parfaitement maîtrisé jusqu'à la dernière note. Elle fut tout aussi remarquée dans des morceaux bien différents, tels La Petite Tonkinoise (Scotto-Christiné), cadencée par les mains du public, ou le Fandango de J. Sentis, primesautier, difficile dans les reprises.

La Jeunesse mandoliniste de Hagondange et ses amis de l'Ensemble Claude-Gellée ont ainsi démontré que la mandoline est un instrument qui vaut d'être pratiqué et entendu et qui se prête à tous les genres. Ils ont ensuite laissé la scène au groupe de chant Ribambel, de Woippy. Groupe choral d'adultes, Ribambel, présidé par Carlo Fontana et dirigé par Olivier Florio, a été fondé en 1985. Il se produit dans les salles de la région accompagné par un batteur et un pianiste. Son répertoire est la chanson française, comme l'ont prouvé les quelque trente choristes, en grosse majorité féminins. Vêtu de noir et rouge, agrémentant le chant de quelques figures chorégraphiques, le groupe est sympathique. Lui aussi a renouvelé son répertoire, presque entièrement. Il visite Goldmann (Ensemble), Noah (Ose), Maxime Leforestier (Une bille de verre, Ambalaba), Bruel (pour sa reprise de Mon amant de Saint-Jean), Adamo (Les Filles du bord de mer), mais aussi, en un medley sur le thème de la mer, Brel, Renaud, Aznavour et d'autres.

Est-ce la nouveauté de ce répertoire ou le fait de se retrouver face à un public particulièrement attentif ? Il nous a paru percevoir quelques hésitations dans le début du récital de Ribambel, mais le groupe s'est vite remis à l'unisson pour emporter l'adhésion de la salle qui l'a bissé. Un public en définitive très satisfait des deux parties, mandolines et chant, de ce spectacle.

Guy Hombourger

Paru le 05/04/2005 dans Le Républicain Lorrain, Edition Orne / Vallée